03 44 85 84 81
Anne Baczyk Gossot
Ostéopathe
Pierrefonds
 
 
 
03 44 85 84 81
 
Anne Baczyk Gossot
Ostéopathe
Pierrefonds

Neurotransmetteurs, santé et émotions

04 Fév 2022 Mieux manger - micronutrition

9 vues

Les émotions déterminent et influencent notre comportement en nous rendant humains. Darwin a déjà déclaré que même les animaux les moins développés, comme les insectes, éprouvent des émotions de base. Bien que les structures cérébrales soient différentes, les neurotransmetteurs monoamines sont similaires. Depuis cette découverte, les neurotransmetteurs sont considérés comme le substrat de nos émotions.

Les émotions ont une fonction indispensable pour les êtres humains. En effet, elles nous font prendre conscience de nos besoins et constituent un élément essentiel de notre contact avec les autres. Chaque jour, nous ressentons des émotions « négatives » (peur, colère, envie, impatience et honte) et des émotions « positives » (amour, valorisation, bonheur, espoir, confiance en soi et patience). Cette dichotomie entre négatif et positif est en fait erronée, car toutes les émotions sont des indicateurs de direction au service du corps lorsqu'elles sont ressenties. Étant donné que nous ignorons, réprimons ou rationalisons souvent les émotions, celles-ci peuvent, en quelque sorte, se « figer » dans le corps. Il en résulte des perturbations intérieures, des blocages et finalement des symptômes physiques.

Les émotions sont des signaux conscients du corps et ne s'arrêtent que lorsqu'elles sont réellement entendues et/ou ressenties. Chaque émotion déclenche des processus à la fois psychologiques et physiques.

Comment fonctionnent les neurotransmetteurs ?

Les neurotransmetteurs sont des substances chimiques qui transmettent l'influx nerveux d'un neurone à un autre via une synapse. Un neurotransmetteur est produit dans le corps cellulaire et transporté de là à l'extrémité du neurone. À ce niveau, le neurotransmetteur est stocké dans de petites vésicules. Lorsqu’elles sont stimulées, ces vésicules s’ouvrent et libèrent le neurotransmetteur dans la fente synaptique. Le neurotransmetteur se lie au récepteur de la cellule post-synaptique et déclenche ainsi son action spécifique.

 

En fonction de leur fonction, les neurotransmetteurs sont largement classés en deux groupes :

  • Les neurotransmetteurs excitateurs : acétylcholine, adrénaline, glutamate et histamine
  • Les neurotransmetteurs inhibiteurs : dopamine, GABA et sérotonine

Coup de projecteur sur quelques neurotransmetteurs

L’acétylcholine, en dépit du manque de connaissance à son sujet, est un acteur déterminant de notre monde émotionnel. Elle est considérée comme la partie cognitive de notre cerveau qui régule nos pulsions. Dans le système nerveux périphérique, l’acétylcholine est responsable du rythme cardiaque, de l’excitation sexuelle, de la formation des larmes, de la fonction vésicale, de la digestion et de la défécation. Dans le système nerveux central, l’acétylcholine stimule la mémoire.

La dopamine est impliquée dans le système de récompense du cerveau et influence donc grandement notre capacité à prendre des décisions et notre niveau de comportement impulsif. Dans le système nerveux central, des niveaux élevés de dopamine sont associés à l’amour, à l’attention, à la motivation et à un comportement efficace. Dans le système nerveux périphérique, les récepteurs de la dopamine sont principalement situés dans le système immunitaire, les reins et le pancréas. 

La sérotonine est nécessaire à la stabilité de l’humeur et pour contrebalancer l’excitation excessive des neurotransmetteurs excitateurs dans le cerveau. Outre la modulation de l’humeur, la sérotonine est responsable de la régulation du sommeil, de la perception de la douleur, de la température corporelle, de la pression sanguine et de l’activité hormonale. Des activités telles que manger, faire sa toilette ou se reposer et penser sont associées à des niveaux élevés de sérotonine dans le cerveau.

Le GABA est un neurotransmetteur inhibiteur qui joue un rôle important dans l’anxiété. Lorsque les signaux nerveux se déclenchent trop rapidement et transmettent des signaux anxiogènes, le GABA inhibe les signaux, réduisant ainsi les sentiments d’anxiété envahissants. Chez les personnes souffrant de troubles anxieux - y compris le syndrome de stress post-traumatique, l’anxiété généralisée et le trouble panique - le GABA peut ne pas fonctionner comme il le devrait, ce qui augmente la peur.

La principale fonction de l’adrénaline est son rôle dans l’attention et l’enthousiasme. Les neurones adrénergiques semblent être impliqués dans la régulation de la vigilance d’un organisme. L’adrénaline alerte le cerveau de la présence d’événements nouveaux et potentiellement menaçants dans l’environnement extérieur. La sous-activité des neurones libérant de l’adrénaline est souvent associée à la dépression. Une production excessive d’adrénaline peut induire des sentiments d’anxiété et de peur, comme si une menace constante était présente dans l’environnement.

SOURCES: Laboratoire Energetica

Références

  1. Deepika G, Rajeswari H. Impact of neurotransmitters on health through emotions. Int J Ind Psychology 2016.
  2. Danner DD, Snowdon DA, Friesen WV. Positive emotions in early life and longevity: findings from the nun study. J Pers Soc Psychol 2001. PMID: 11374751.
  3. Wang F, Pereira A. Neuromodulation, emotional feelings and affective disorders. Mens Sana Monogr 2016.

Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Les thématiques

Derniers articles

Site partenaire de Osteo2ls

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.