Anne Baczyk-Gossot
Votre ostéopathe à Pierrefonds et à Senlis, à l'écoute dans une pratique tout en douceur de l'ostéopathie.

Posture

Instabilité et entorses de cheville

L’instabilité chronique de cheville se définit comme une répétition d’entorses de cheville. 

    Elle s’accompagne souvent d’une sensation d’insécurité à la course ou à la marche, et parfois de douleurs, même en dehors des épisodes d’entorse.
    Le sujet est incapable de se tenir sur un pied plus de 30 secondes.
     Parfois elle s’accompagne d’une laxité / de mouvements anormaux.
 
Les entorses de cheville consistent en une rupture d’un ou plusieurs faisceaux ligamentaires (le plus souvent externes) suite à un mouvement de varus forcé, qui survient plus facilement en cas d’instabilité de cheville.
Il existe des entorses dites de stade 0, qui sont de simples élongations ligamentaires, sans rupture (et donc sans craquement audible / ressenti).
Elles sont très douloureuses sur le moment, puis la douleur s’estompe rapidement et réaugmente ensuite, notamment au réveil pendant 2-3 mois. Elles s’accompagnent d’un oedème (“oeuf de pigeon”).
Rarement, il peut y avoir des lésions associées (arrachements osseux, lésions tendineuses, autres ligaments).
 
Causes / mécanismes :
.

     On parle d’instabilité “de cheville” en raison de l’habitude des raisonnements segmentaires, mais en réalité la cheville est anatomiquement et fonctionnellement liée aux articulations sus et sous-jacentes et surtout à l’ensemble du Système Postural, dans lequel le pied joue un rôle majeur.

 
     Il s’agit en fait d’une instabilité posturale générale : plusieurs études ont en effet démontré le lien entre instabilité “de cheville” et déséquilibre postural.
 
 
     Le fait d’avoir un pied valgus, c’est à dire affaissé à l’intérieur, favorise cette instabilité en raison de la diminution de la surface d’appui : mécaniquement on passe d’un trépied d’appui à seulement 2 points, et d’un point de vue neuro-sensoriel, cela crée une perte d’informations extéroceptives.
 
 
Podologue, podologie, posture, posturologie, sport, podologue du sport, équilibre, biomécanique, bilan postural, bilan podologique, semelles orthopédiques, semelles posturales, orthèses plantaires, mal de dos, lombalgie, cervicalgie, maux de tête, arthrose, arthrite, tendinite, TFL, patte d’oie, épine calcanéenne, myo-aponévrosite, hallux valgus, hallux rigidus, griffes d’orteil, Morton, cors, durillons, scoliose, fibromyalgie, instabilité, vertiges, ostéopathie, Essonne, Vigneux, Paris.
 
     La répétition des entorses peut créer ou accentuer l’instabilité (Tropp 1985, 1986, McKeon et Hertel 2008, Wilkstrom et al 2010), mais le plus souvent cette instabilité est présente avant même la 1ère entorse, et favorise leur récidive. (Tropp 1984, Foidart-Desalle 1993, McKeon et Hertel 2008).
 
Podologue, podologie, posture, posturologie, sport, podologue du sport, équilibre, biomécanique, bilan postural, bilan podologique, semelles orthopédiques, semelles posturales, orthèses plantaires, mal de dos, lombalgie, cervicalgie, maux de tête, arthrose, arthrite, tendinite, TFL, patte d’oie, épine calcanéenne, myo-aponévrosite, hallux valgus, hallux rigidus, griffes d’orteil, Morton, cors, durillons, scoliose, fibromyalgie, instabilité, vertiges, ostéopathie, Essonne, Vigneux, Paris.
 
     Le risque de l’instabilité chronique de cheville et des répétitions des entorses est la survenue d’arthrose de cheville, qui est douloureuse, pénible, et difficile à traiter.
.
.
Traitement :
.
     En cas d’entorse fraiche, la 1ère chose à faire est de consulter un médecin pour s’assurer qu’il n’y a pas de lésions associées. Les radios ne sont pas toujours utiles.
Ensuite il faut limiter l’inflammation (glaçage, anti inflammatoires), strapper et faire de la kinésithérapie de rééducation proprioceptive (en feed forward – anticipation).
 
Comme pour tout antécédent traumatique, l’ostéopathie est indiquée aussi puisqu’elle permet un déparasitage proprioceptif.
 
.
    Programme de rééducation d'entorse de cheville à faire  à la maison si la kiné n'est pas prescrite.
 
Les semelles sont très utiles en prévention primaire (en cas d’instabilité, sans attendre la 1ère entorse), ou secondaire (pour limiter les risques de récidives).
Elles permettent d’améliorer la stabilité notamment en limitant l’affaissement du pied et en rééquilibrant le travail des chaines musculaires.

 

Références:
(Tropp 1985, 1986, 1988, Gauffin et al 1988, Richie 2001, Leblanc et Villeneuve 2005, Munn et al 2010)
Tourné et al 2010
(Orteza et al 1992, Guskiewicz et al 1996, Nester et al 2001, Rome et al 2004, Mattacola et al 2007, Telfer et al 2013, Mündermann et al 2003, Stacoff et al 2013)
.(Murley et al 2009, McKeon et al 2012).

Articles similaires

Articles

Catégories

Derniers articles

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Osteo2ls

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.